Cameroun: La promotion du café fait son chemin

Dans les kiosques aménagés dans certains départements ministériels, la clientèle, bien que nombreuse, reste encore loin des objectifs visés.

« Je sers près d’un millier de tasses de café par jour ». Marie Paule Ngo Ngondo, sourire aux lèvres, l’annone avec beaucoup de fierté. Installée dans son kiosque, situé dans le hall du ministère du Commerce, l’hôtesse est au four et au moulin depuis 7 h du matin. Car, les clients ne désemplissent pas autour du kiosque de dégustation du café aménagé dans le hall. La boisson se déguste à toute heure. Hommes et femmes, tous employés dans ce département ministériel disent apprécier le goût, la saveur de ce café, naturel made in Cameroun. La tasse de café coûte 100 F. Mélangé à du miel, il est vendu à 200 F. Narcisse Olinga et son collègue Benjamin Fils Ekko, tasse à la main, savourent tranquillement. Difficile de commencer la journée sans en avoir pris une dose. Les deux amis, le consomment tous les matins sans faute.

Notre café est l'or de l'homme de la rue et, comme l'or, il apporte à tous un sentiment de luxe et de noblesse
Notre café est l’or de l’homme de la rue et, comme l’or, il apporte à tous un sentiment de luxe et de noblesse

« D’abord parce que c’est un produit camerounais. Et surtout aussi pour son goût raffiné, unique », confient Narcisse O. et Benjamin F.C. Les clients le consomment avec du miel, du sucre, du citron et parfois sans rajout. « Beaucoup l’aiment sec et fort », nous explique Marie Paule Ngondo. Outre le ministère du Commerce, le même type de kiosque dans d’autres départements ministériels a été également aménagé. Avec pour principal objectif de faire connaître ce produit 100% naturel aux Camerounais. Qui heureusement semblent l’apprécier énormément. Comme cette jeune dame, rencontrée au ministère du Travail et de la Sécurité sociale. Sandrine Ngoa dit l’avoir découvert il y a trois mois. Et depuis, elle ne prend plus autre chose. C’est le même son de cloche chez ces employés du Minader, pour lesquels ce café est presque devenu une addiction.

Pourtant, pour Michael Ndoping directeur général de l’Office national de Cacao et du Café, (ONCC) à ce stade, l’objectif est loin d’être atteint. Depuis plus de cinq ans que ce type de kiosques fonctionnent, il n’y a vraiment pas d’engouement pour le café seul. En fait, les clients le prennent sans doute beaucoup, mais l’accompagnent avec d’autres aliments, notamment du pain, d’omelettes et autres produits. « Toutefois, le but véritable de cette promotion, c’est de pouvoir monter des kiosques à l’image des bars en Europe et autres pays de l’occident, où les consommateurs ne dégusteraient que du café et rien d’autre », explique Michael Ndoping. C’est dans cette optique que trois autres kiosques sont en train d’être installés dans les deux aéroports internationaux de Yaoundé et de Douala et même dans la gare de Bessengué dans la capitale économique.

Cameroon Tribune (Yaoundé)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s